SORRY CHILDREN

GÉNÉRATEUR D'EXCUSES (ET D'ACTIONS)

Afin d’alerter sur les enjeux environnementaux et les actions à enclencher de suite,  Sorry Children  (projet associatif proposant un générateur d’excuses à donner à nos enfants si on leur laisse une planète ravagée + une explication de fond et une centaine d’actions à enclencher) et le street artist Josef Helie s’associent sur le projet #lapireexcuse : des personnalités emblématiques posent avec la pire excuse qu’elles pourraient donner à leurs enfants et diffusent la photo sur les réseaux sociaux avec la meilleure action pour ne pas donner cette excuse.

Du 22 au 25 août, à vous de jouer : préparez votre pire excuse, nous vous donnons RDV au Cabaret Vert pour vous faire shooter par Josef Helie.

Grégory Poinsenet, un des fondateurs de Sorry Children, répond à 5 questions et nous présente cette initiative pas si cynique que ça….

QUE DIRE (OU NON) A NOS ENFANTS SUR NOTRE LIT DE MORT ?
Comment es-tu arrivé à te lancer dans cette initiative ?

Avec mon acolyte Pierre Charrier, nous nous sommes rencontrés à la Fondation Nicolas Hulot il y a 12 ans et avons monté une association de dialogue citoyen et une entreprise pour accélérer la prise de conscience des entreprises et collectivités et les faire coopérer avec la société civile.

Au milieu de notre conférence ELECTROCHOC sur les enjeux environnementaux et la perspective malheureusement bien réelle d’un effondrement dans les années qui viennent, nous voulions toucher les gens à un niveau très personnel, sur leur responsabilité. Quoi de plus fort que de se projeter au moment de sa mort, entouré de ses enfants, pour réfléchir à ce qu’on va laisser.

De manière un peu caricaturale, nous estimons avoir 2 options : agir au maximum ou s’excuser de ne pas avoir tout fait pour préserver la planète ravagée que nous leur laisserons.

L’idée d’un générateur d’excuses a germé. Mais ne l’utiliser que pour notre conférence aurait été dommage et nous l’avons alors réalisé à destination du grand public grâce au concours de deux jeunes développeurs web hyper talentueux qui nous ont rejoints dans l’association.

Puis mon ami photographe et street-artist Josef Helie qui colle ses photos de rue à l’endroit où il les prend nous a proposé de travailler ensemble. Le projet #lapirexcuse était né et de fil en aiguille nous avons décidé de proposer à des personnalités emblématiques de poser avec la pire excuse qu’elles pourraient donner à leurs enfants et de les diffuser avec la meilleure action permettant de ne pas avoir à donner cette excuse.

L’ironie est-elle la nouvelle arme de l’écologie ?

L’ironie peut devenir une arme de mobilisation massive car ça n’a jamais vraiment été essayé ou poussé assez loin et on voit que ça fonctionne bien.

Bien entendu ça ne doit pas enlever les autres manières plus conventionnelles d’aborder les enjeux et solutions.

Parce que si on considère sérieusement la situation dans laquelle on est, on n’a de toute façon plus le luxe de se dire que telle ou telle manière est la meilleure. En terme de mobilisation, on doit tout essayer, du plus bisounours au plus trash afin d’informer un maximum de personnes le plus rapidement possible.

Finalement, est-ce que la fin du monde n’est pas une belle opportunité pour repartir à zéro ?

On ne peut pas parler de « fin du monde ». Ca ne veut rien dire. La seule chose certaine est que le soleil est à la moitié de sa vie. Dans 5 milliards d’années, la Terre crame.

 

D’ici là, nous avons l’embarras du choix :

– Notre espèce peut éradiquer toute forme de vie sur Terre.

– Nous pouvons disparaître et laisser une grosse niche écologique pour les autres espèces qui pourront non seulement survivre mais se développer.

– Enfin, il est possible que seule notre civilisation actuelle, mondialisée, basée sur un développement non soutenable qui puise dans des stocks et génère de la destruction (des écosystèmes qui nous permettent de vivre et des liens sociaux entre nous) s’effondre. Ce qui permettrait peut-être en effet de poser de nouvelles bases. Au prix de quelles souffrances, c’est la question qui se pose et qui vient avec sa corollaire : comment dès aujourd’hui se mettre en action le plus efficacement individuellement et collectivement pour atténuer les souffrances liées à un effondrement systémique global ?

Une grande partie des gens sur Terre ont déjà des vies difficiles et les prochaines décennies vont voir les conditions de vie et d’accès à un minimum de dignité se dégrader. Souhaiter que tout explose avec fracas voire s’en réjouir me semble être un délire d’enfant gâté.

On assiste à une floraison de mouvements citoyens, de pétitions, d’actions de sensibilisation sur le dérèglement climatique. Comment analyses-tu cette prise en main de l’urgence écologique par la société civile ?

Comme le dit Pablo Servigne, je pense que c’est le système immunitaire de la Terre qui se réveille. Plus la situation est critique, plus la réaction est vive. Heureusement !

Peut-être que comme pour les grands cycles climatiques et les systèmes biologiques qui ont leurs propres seuils, notre inertie a également ses limites… et que nous sommes (enfin !) en train de nous réveiller.

Qu’attends-tu de ta venue au Cabaret Vert ?

Bah picoler à l’œil avec des stars pour satisfaire notre ego !