LES GARS ET LES FILLES DU COIN

Focus sur la scène Grand Est du Cabaret Vert

Au Cabaret Vert on aime rassembler les amis ! Pour la programmation des artistes régionaux, le festival réunit chaque année un comité de professionnels de la région Grand Est. Cette bande de joyeux camarades composée de champardennais, d’un lorrain, de deux alsaciens et depuis peu de belges, a la lourde charge de sélectionner parmi plus de 300 candidatures, la crème de la scène régionale. Ce seront finalement 11 groupes ou artistes labellisés Grand Est qui se produiront cette année.

Trois membres du comité de programmation et pas des moindres (Cédric CHEMINAUD -Directeur de La Cartonnerie à Reims, Jérôme DAAB – Directeur du Zénith de Grand Nancy et Pierre CHAPUT – Directeur de l’Espace Django à Strasbourg) nous livrent les secrets de cuisine de cette cuvée 2019.

La sélection et programmation des artistes régionaux du Cabaret Vert se font de manière collégiale à plusieurs oreilles. Comment se passe le processus de sélection ?

Cédric CHEMINAUD : Tout d’abord l’équipe du Cabaret Vert a réuni sur « affinités personnelles », et en l’assumant !, la crème brulée des oreilles de la Région. Chacun est aux aguets, selon ses connaissances fines de son territoire, des projets qui seraient en capacité de tenir une scène sur le plus gros festival de la région. Ensuite vient le moment de faire remonter ces informations à l’ensemble et débute alors le grand moment d’échanges vifs, courtois et néanmoins virils (très peu de femmes dans ce comité malheureusement) pour obtenir la substantifique moelle artistique de l’édition à venir.

Pierre CHAPUT : Il y a plusieurs étapes dans ce processus. D’abord un temps d’écoute et de repérage par territoire, dans mon cas l’Alsace, avec mon compère Pierre Hivert du festival Décibulles. Il s’agit de retenir les groupes « prêts », capables de tenir une scène devant plusieurs milliers de spectateurs et dont cette mise en avant pourra servir au développement. Puis on se retrouve tous à Charleville pour un moment collectif, d’écoute et d’échange, en vue de la sélection régionale. Un rendez-vous qui m’est aujourd’hui devenu incontournable : de belles découvertes, musicales et culinaires, dans une ambiance indescriptible…

Jérôme DAAB : Je passe un temps certains à étudier le dossier de chaque candidat, à essayer de détecter les artistes qui seraient prêt à se produire au festival et dont l’esthétique colle à la ligne éditoriale. Ceci m’amène à une short list d’environ 10 artistes qui sont tous présentés à l’ensemble du comité d’écoute. Certaines propositions sont évidentes. Finalement, nous arrivons souvent à un consensus même si les débats sont parfois intenses !

Si vous deviez présenter la programmation régionale de cette édition, comment la définiriez-vous en quelques mots ?

P.C : Carbaretvertdesque ! Avec cette année un belle assise rock, un rock souvent intense et fiévreux, assortie de quelques envolées pop, hip-hop et électro. Un vrai brassage, fidèle à l’esprit du Cabaret.

C.C : Si le rock est mort alors il reste des survivants dans la programmation régionale bien décidés à ne pas se laisser abattre comme des sangliers en période de chasse ! A leurs côtés quelques oiseaux rares bien dans l’air du temps qui prouvent que la création musicale n’est pas en voie d’extinction par ici.

J.D :La sélection de cette année s’intègre très bien avec les artistes de renom et propose surtout des groupes en capacité de gérer une scène avec parfois une audience de plusieurs milliers de personnes. Les propositions artistiques sont souvent des projets forts en live et parfois impertinents, à l’image de ce que peut être le festival.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux artistes et groupes qui viendront se produire cette année ?

J.D : C’est une vraie chance pour eux d’avoir une telle exposition et de jouer dans ces conditions techniques. J’ai envie de leur conseiller de se lâcher et de profiter de cette fabuleuse opportunité pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Ce n’est que le début du boulot !

P.C : Se préparer, avec une résidence par exemple, pour être le plus à l’aise possible et profiter au maximum de ces instants sur scène devant les publics présents. On n’a pas tous les jours la chance de pouvoir jouer dans un tel festival quand on est un groupe émergent. Il faut donc la saisir, croquer la pomme, tout donner, pour n’avoir aucun regret.

C.C : Pour paraphraser de célèbres poètes du 20eme siècle :
« Respire, et si ça te suffit pas re-respire
Ou bien le pire est à venir bébé »
N’abusez pas des produits alcoolisés locaux avant de monter sur scène.
Et prenez du plaisir !

Jouer en festival est-il toujours aussi déterminant pour un jeune groupe ou artiste ?

J.D : Evidemment qu’une programmation si prestigieuse peut être déterminante dans la carrière d’un groupe. Ce ne doit pas être une fin en soi mais simplement un tremplin, un accélérateur de développement dont les plus fûtés sauront habillement se servir.

C.C : Je ne sais pas si c’est toujours aussi déterminant, mais cela reste un moment incroyable à vivre ! C’est une étape importante, peut-être pas déterminante mais qui permet aux artistes de se jauger, de se faire connaitre d’un public curieux et de jouer dans un événement national avec des artistes qu’ils respectent souvent et qui les inspirent parfois.

P.C : Oui je crois, la scène c’est un rendez-vous clé pour tout jeune groupe, un moment attendu même, de rencontre et de partage avec le public. C’est sans doute là que tout se joue, que tout prend son sens. Or, il n’y a pas de meilleure scène qu’un festival… L’énergie y est décuplée, tout le monde se transforme. Jouer dans un festival est aussi souvent une étape importante dans le parcours d’un groupe, après le bar puis la salle de concert. C’est à la fois un signe de reconnaissance et le début d’autre chose. Un passage obligé donc.

LES ARTISTES DU GRAND EST

 

TENDINITE
FR / NOISE ROCK
Vu le rythme auquel les mecs grattent les cordes ou tapent la batterie, on se doute bien que le nom du groupe a pas dû être bien difficile à trouver.
Tout droit déboulés de Reims, sacro-sainte capitale du champagne, les mecs de Tendinite sabrent un noise rock/punk bien énervé, qui invite plutôt à se commander une bière pas chère à l’échoppe du coin, se la renverser sur le t-shirt, et aller se jeter dans la foule moite et enfumée d’une salle de concert. N’oubliez pas les anti-douleurs, ça va faire mal.
>>>
JEUDI 22 AOÛT • 20:40 / Razorback

KNUCKLE HEAD
FR / DARK COUNTRY
Les grandes plaines, les marécages, les grosses mécaniques, le cambouis, le soleil qui tape fort sur le crâne en pleine sieste sur une chaise à bascule grinçante… Ah pas de doute, c’est l’Amérique. Jack et Jock, les deux compères de Knuckle Head sont de vrais Ricains… d’Alsace, tombés dans la marmite du blues rock quand ils étaient petits. Country, rock, blues, Knuckle Head fait swinguer les genres chers au Sud des Etats-Unis en y ajoutant une bonne dose d’autodérision et de sexy attitude. Rock’n’roll.
>>>
JEUDI 22 AOÛT • 18:40 / Razorback

DÉGAGE
FR / POP CUISINE PLANANTE
On peut qualifier ce que fait Dégage de « pop moderne à la Rémoise », maintenant qu’on sait ce qu’a apporté la ville à ce style. Leur son est beaucoup moins rentre-dedans que ne le laisse entendre leur nom. Plutôt planant et nappé comme un gâteau au miel, avec un petit retour d’acidité rock citron. Des textes en français, des synthés qui dansent, des guitares psychés. À la cool.
>>>
JEUDI 22 AOÛT • 17:40 / Illuminations

KAMARAD
FR / POST PUNK ATTENTION ÇA BRÛLE
« Acide et violent ». Les quatre Alsaciens taclent direct, sans prévenir. Post-punk, garage, punk… Un rock lourd et abrasif où la basse et la batterie martèlent sec. Des rythmes façon « 100 mètres haies ». Une voix noyée dans le flot de sons saturés. Kamarad embrase nos mirettes avec ses sons crades et énergiques. Sans chichi, direct dans le dur.
>>>
VENDREDI 23 AOÛT • 16:20 / Razorback

DIFRACTO
FR / ELECTRO RÊVE ÉVEILLÉ
Machines analogiques et trip hypnotique. Le jeune Strasbourgeois déploie tout son arsenal pour nous inviter dans une exploration au gré de ses boucles rythmiques et mélodiques. Une épopée onirique tantôt relax tantôt puissante. Dans le sillage direct d’artistes électro comme Flume ou Moderat. Un lâcher prise éphémère qui est le bienvenu. Propre et envoûtant.
>>>
VENDREDI 23 AOÛT • 19:30 / Greenfloor

COSMIC HILL
FR / HIP-HOP, FUNK STAR FUNK
Les 7 compères de cet étrange vaisseau débarquent tous des 4 coins du grand Univers musical. Métal, soul, reggae, ska, rap… Après avoir erré d’une galaxie à l’autre, ce groupe de potes a fait escale à Charleville-Mézières pour y fonder Cosmic Hill. Groove funk imparable, kicks hip-hop mâtinés de dub, effets électro… L’équipage est au complet et n’attend plus que vous pour traverser les cieux. Prêt à monter à bord ?
>>>
SAMEDI 24 AOÛT • 15:30 / Illuminations

CLAIRE FARAVARJOO
FR / POP, ÉLECTRO GOOD VIBES ONLY
Claire Faravarjoo c’est le nom de la chanteuse strasbourgeoise qui décolle. C’est aussi le groupe qu’elle forme avec son frère Romain et leur pote Benjamin. Ensemble, pour leurs créations, ils improvisent des mélodies tout en sublimant la musique pop. Une pop sensuelle pour une ambiance chill. Claire chante une poésie mélancolique de sa voix douce et délicate. Quand les rythmes sont entraînant et les basses vibrantes et profondes. Un peu Phoenix au féminin et en français. On est bien…
>>>
DIMANCHE 25 AOÛT • 16:00 / Illuminations

THE JUNGLE SHAKERS
FR / ROCK GOOD OLD ROCKAB’
« C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes ». Boo-Lee et Le Kid arrangent à leur sauce un rock & roll façon 50’s, comme ils le disent, « d’Elvis aux Cramps ». Harmonica, guitare, batterie, chant… et contrebasse. À deux, svp. Le genre de truc qui gratte et qui te fait remuer sans que tu ne le veuilles. Blues, country, rockabilly, tout y passe. Sauvage.
>>>
DIMANCHE 25 AOÛT • 16:40 / Razorback

LES ARTISTES BELGES

RIVE
BE / POP ÉLECTRO
Le couple belge de Rive aime tellement les voyages qu’il nous en offre un. À base de pop tendre et poétique chantée en français, boostée par des machines qui s’envolent comme un avion. Des synthés qui courent vers l’inconnu, de belles nappes à la Air, des expérimentations pop à la Tame impala… La B.O. d’un voyage enchanté destination les étoiles.
>>>
VENDREDI 23 AOÛT • 15:40 / Illuminations

LOKA & THE MOONSHINERS
BE / TROPICAL GARAGE PSYCH
Projet un peu dingo du groupe de Laurent Kanyinda (alias LoKa) et de leurs Moonshiners, « des esprits qui amènent la musique depuis la pénombre » comme les décrit Laurent. Leur popotte : associer la puissance de riffs rock garage et la dimension mystique vaudou. Une rencontre entre la musique occidentale et la spiritualité africaine. Parfois sauvage, parfois pop, souvent hypnotique.
>>>
VENDREDI 23 AOÛT • 17:10 / Illuminations

GLAUQUE
BE / ÉLECTRO-RAP LYRICS ET GROS KICKS
Les cinq jeunes Namurois de GLAUQUE veulent jouer. Jouer avec les codes traditionnels du rap. Jouer avec le double sens du mot « glauque ». Du rap, ils en gardent les textes fins, profonds, et le flow. De l’électro, certaines sonorités propres et les kicks sales. Et du rock (parce qu’il y en a toujours un peu partout), leurs lives avec musicos et matos, loin du traditionnel combo « DJ/MC ». Lourd.
>>>
SAMEDI 24 AOÛT • 22:20 / Illuminations